Ô JAZZ ! Infos

Pour que vivent le jazz et ses musiques sœurs, en Centre-Val de Loire et ailleurs !

Payday Loans

“Einstein on the Beach”, le 4 juin à la Scène nationale

Cette version de concert d’Einstein on the Beach propose une approche musicale pure de la partition complète du légendaire opéra de Philip Glass et Robert Wilson. Avec le Collegium Vocale Gent, l’Ensemble Ictus et la chanteuse américaine Suzanne Vega.
einstein

Ici les instruments virtuoses, les parties chantées et la structure cristalline de la pièce sont renforcés par une approche spécifique au lieu et un design sonore sophistiqué. Il s’agit de créer un bain sonore minimaliste de plus de trois heures qui se reconnecte à la fraîcheur et la radicalité du minimalisme précoce.

LA SUITE EN CLIQUANT CI-CONTRE : [Lire la suite de cet article...]

Du 19 au 22 juin, c’est “Jazz à l’Evêché”

Quatre jours et plus de vingt concerts. Une programmation (éclectique !) signée Stéphane Kochoyan, ô jazz !, ABCD, Le Nuage en Pantalon et Musique et Équilibre. “Jazz à l’Evêché”, accueilli dans le jardin du même nom, revient en juin prochain.
evecc82checc81-prog
Nous y reviendrons plus en détail. Pour l’heure, le programme complet est à retrouver sur www.orleans-metropole.fr

Duo Dubreuil-Cadier, un “Samedi” sous le charme…

Neuvième Samedi du Jazz de la saison, samedi 11 mai au Théâtre d’Orléans, pour un brillant hommage à Keith Jarrett par deux musiciens sûrs de leur fait. Pari gagné, salué comme il se doit par un public exceptionnellement fourni.
dc-pd21
Photo Patrice Delatouche

Il faut être gonflé pour s’attaquer au “monument” Keith Jarrett, compositeur génial et pianiste virtuose dont l’œuvre protéiforme continue d’explorer toutes les facettes du jazz et bien au-delà. Défi relevé avec brio par Baptiste Dubreuil (piano) et Paul Cadier (saxophone), le premier s’étant livré à un patient travail de sélection, arrangement et adaptation de quelques pièces (ou parties de pièces) du maître pour les plier à l’exercice du duo.

Brio et aussi beaucoup de séduction pour ce huitième et avant-dernier Samedi du jazz qui réunissait ce samedi 11 mai un public particulièrement nombreux (plus de 400 spectateurs) littéralement sous le charme de cette “réinvention” sensible et intelligemment humble d’un répertoire très “casse-gueule”. Un moment de grâce de plus d’une heure, conclu par un morceau de bravoure issu du fameux “Köln Koncert” (donné en 1975), œuvre mythique dont il semble impossible d’épuiser un jour tous les charmes. JLD

Des extraits du concert sont à retrouver sur le facebook d’ôjazz ! (bouton ci-contre)

D’AUTRES PHOTOS ET INFOS EN CLIQUANT ICI : [Lire la suite de cet article...]

Hommage à Keith Jarrett aux “Samedis du Jazz”, le 11 mai

Musiciens déjà maintes fois rencontrés sur les scènes régionales, au sein de diverses formations, Baptiste Dubreuil et Paul Cadier nous proposent ici un duo piano-saxophone.
b-dubreuil-jfg

Photo Jean-François Grossin

Keith Jarrett est un pianiste incontournable. Il est l’auteur du fameux “Köln Concert”, disque mythique enregistré en 1975. Au cours de la même période, il navigue entre pop et free jazz avec deux quartets de légende, l’un américain avec Paul Motian, Charlie Haden et Dewey Redman, et l’autre européen avec Jan Garbarek, Palle Danielson et Jon Christensen.

La musique de ces formations a profondément touché Baptiste Dubreuil, marquant son parcours musical de manière décisive. Avec Paul Cadier, il en propose aujourd’hui une réinterprétation à la fois respectueuse et libre, à l’occasion du 9e et avant-dernier “Samedi du Jazz” de la saison, avec ô jazz ! et la Scène nationale d’Orléans.

Samedi 11 mai à 15 heures, Théâtre d’Orléans. Gratuit

Carte postale de Nola, notre “sister city”

Alors qu’à la Nouvelle-Orléans s’achève le 50e “Jazz Fest”, LE festival jazz de Louisiane, un (chanceux) ami d’ô jazz !, présent sur place, nous adresse quelques lignes et une séries d’images prises sur le vif…
ouverture

Le Jazz Fest : huit jours de musique sur deux week-ends et en un lieu unique, l’hippodrome de la Nouvelle-Orléans. 60 concerts par jour sur douze scènes (près de 500 au total en comptant les parades !), jusqu’à 80 000 personnes sur le site aux heures de forte affluence, et toutes les musiques issues, dérivées, à l’origine, sœurs ou cousines… du jazz, avec du zydeco, du new orleans, de la musique cajun, caribéenne, du blues, de la soul, du funk et une multitude de talents “locaux” (Batiste Brothers, Marsalis Family, Trombone Shorty…), de stars (Diana Ross, Herbie Hancock, Kamasi Washington, Gregory Porter, Van Morrison…) et des musiciens venus du monde entier ! C’est cool et bon enfant, et très bien organisé ! Enjoy…

D’AUTRES PHOTOS EN CLIQUANT CI-CONTRE : [Lire la suite de cet article...]

  • ô jazz ! est sur Facebook

    Ojazz logo Retrouvez-nous d'un simple clic sur le “bouton” ci-dessus.
  • Dans les bacs

    shefferPetit fils de Bela Bartok et fils de Coltrane, comme il le dit parfois, Yochko Seffer, compositeur, saxophoniste et pianiste d'origine hongroise, vient de sortir un nouveau maillon de sa série Neffesh Music. « Neffesh » désigne l'âme bestiale dans la Kabbale. Et ça se sent dans ce cd Sugarzo Terep, « Terre radieuse » en hongrois. Contraste entre forces primaires et viscérales et contemplation sereine. Yochko mène son groupe de main de maître, Olivier Scemama à la basse, Philippe Gleizes à la batterie et François Causse aux percus. Et comme, dit-il, « le violon a hanté ma jeunesse », il a fait appel à un trio de cordes, avec Laure Volpato au violoncelle, Shih-Hsien Wu à l'alto et Hsin-Yu Shih au violon. Sandrine Faucher-Matheron remplace le leader au piano sur un morceau, puisqu'il joue de la taragote basse. On retrouve donc ce mélange à la fois d'instruments, de sons très différents, et d'inspiration primaire ou très élaborée. Il en résulte une énergie remarquable, un lyrisme quasi romantique qui peut chavirer dans une énergie folle du côté du klezmer ou dans des moments de musique presque concrète. C'est le cas de « Lucifer Suite » de près de 20 minutes. Mais le reste du cd fait largement appel à l'énergie brute qui appartient au jazz, et on retrouve sa « filiation » avec Coltrane. Musique très agitée, mais travail passionnant qui bien sûr n'oublie pas de devenir charmeur, comme ce magnifique moment de saxo qui clôt le cd. BC (ACEL - Musea)

    corentin-trio Batteur et compositeur, Corentin Rio, vainqueur du tremplin RezzoFocal Jazz à Vienne et remarqué par la critique, se lance dans un premier enregistrement entièrement signé de sa plume. Pour être « Au milieu des choses », titre de ce cd, Corentin a réuni autour de lui des amis à qui il a demandé un travail très collectif de recherche et d'implication. C'est pourquoi il appelle ce groupe l'Orphéon, comme ces anciennes chorales ou fanfares de quartier qui jouaient dans les fêtes populaires. Musicaux et festifs, ils donnaient autant l'occasion de chanter que de faire la fête. C'est cet esprit, au fond en accord total avec un certain jazz, que Corentin a recherché. Romain Cuoq et David Fettmann aux saxos, Federico Casagrande à la guitare, Leonardo Montana au piano-fender se sont emparés des compos de Corentin pour créer un son, une énergie spéciale, avec des mélodies fortes et des développements personnalisés par chaque instrument, soutenus par les autres. Ainsi du grand « solo » au fender d'Inner Island, par exemple, long développement du thème que la batterie ponctue. La cohésion de cet orphéon est remarquable, et même les deux invitées, Ellinoa qui chante sur un morceau et Fiona Monbet avec son violon, rentrent dans cet univers sans difficulté. Un jazz pas toujours basé sur le rythme, étonnant pour un compositeur batteur ! Mais toujours narratif, intéressant, agréable, inventif et très souvent émouvant. BC (Label Parallel - Absilone-Socadisc)

    cosmic-dream Vincent Bourgeyx vient de sortir un nouvel enregistrement, Cosmic Dream. Le pianiste s'est entouré de deux vieilles connaissances, le contrebassiste néo-zélandais Matt Penman qu'il a connu pendant ses études au Berklee College of Music, et le batteur haïtien Obed Calvaire qui faisait déjà partie du cd précédent. Le saxophoniste David Prez, également, vient compléter le « trio » sur certaines plages. La majorité des compos sont signées par Vincent, mais il y a de magnifiques reprises, comme ce « I Fall in Love too Easily », de Jule Styrne, que le pianiste s'approprie magistralement, se promenant sur le clavier avec une justesse de ton remarquable, ses deux acolytes rythmant doucement cette ballade nostalgique en lui donnant encore plus d'éclat. Il y a aussi des moments très vifs où les musiciens se lâchent, se lancent dans un jazz effréné restant toujours bien ordonné, mais allant jusqu'au bout de l'inspiration. Vincent a passé suffisamment de temps aux Etats Unis pour acquérir une « american way of play », mais conserve dans cette énergie ultramarine une « french touch » qui rend son jeu aussi prenant. Les trois musiciens qui l'entourent sont exceptionnels (cf « Lost Garden », par exemple). Tout le disque navigue très haut, se terminant sur une magnifique reprise en solo de « Peace », un thème d'Horace Silver ! BC (Paris Jazz Underground – L'autre distribution)

    quiet Ils sont quatre mais de deux générations. Deux aînés, Denis Colin, qui a promené sa clarinette basse avec de grands noms, Alan Silva par exemple, ou François Tusques et Archie Shepp, et Pablo Cueco, percussionniste qui a beaucoup joué dans des ensembles de musique contemporaine et qui par ailleurs a appris le zarb avec Jean-Pierre Drouet, entre autres. Et puis deux jeunes, Simon Drapier guitariste et contrebassiste qui joue ici de l'arpeggione (entre la guitare et le violoncelle) et Julien Omé, guitariste. Les hasards de la musique les ont fait se rencontrer pour former un groupe qu'ils ont appelé les Quiet Men. Cette alliance inhabituelle d'instruments propose une musique tout à fait particulière, puisant ses sources dans de nombreuses influences autant populaires que savantes, beaucoup folkloriques mais aussi très jazz dans la liberté de jeu, dans l'écoute les uns des autres, dans l'inventivité et la répartition des rôles, comme dans “Milonga desigual”. Il y a de remarquables emprunts populaires, comme ce “Chevaliers de la table ronde”, ralenti et nostalgique, plein d'une émotion lancinante qui prend aux tripes. Et de très belles compos, “Turkish woman at the bath”, par exemple, signée Pete la Rocca. Enregistrement original et attachant, ce cd Quiet Men, éponyme du groupe, s'apprécie de plus en plus au fur et à mesure des écoutes. Un gage de réussite ! BC (TAC/Faubourg du monde - Absilone)

    BC : Bernard Cassat
    CE : Christophe Esnault
    DB : Daniel Buon
    DD : Dominique Derenne
    JLD : Jean-Louis Derenne

    >>>Et plus de CD dans les bacs d'ô jazz ! en cliquant ici
  • NOUVEAU

    palacio-bis

    Un premier morceau,
    pour se faire une idée

    Un temps pour Olivier
    (JJ Ruhlmann)

  • Agenda Jazz


    SAMEDIS DU JAZZ 2018-2019 samedis 10e SAISON !
    8 juin : Projekt Big-Band
    Concert à 15 h au Théâtre d'Orléans. Entrée libre.


    Vendredi 24 mai
    DR SWING (quintet). Du “jazz à danser”… avec piste de danse ! A 22 h, salle Montission à Saint-Jean-le-Blanc. 11 €. www.docteurswing.fr

    Dimanche 26 mai
    BRASS BAND VAL DE LOIRE. Proposé par Bécarre Production à 16 h à l'Espace des Carrières (École de Musique, 2, rue Jean-Antoine de Baïf), à Ormes. Concert de préparation pour le 25e Open International d’Amboise – Gratuit.

    Dimanche 26 mai
    CISSY STREET(jazz-funk). Proposé par After The Crescent, à 17 heures au Théâtre Jacques-Cœur à Bourges. 02 48 20 86 05

    Du jeudi 30 mai
    au dimanche 2 juin

    FLORILÈGE VOCAL DE TOURS (48e édition). A l'Opéra de Tours et à l'église Saint-Julien (Tours). Tout le programme sur le site de la manifestation.

    Samedi 1er juin
    JAZZ VOCAL. Stage organisé avec le groupe Sparkling Voices et ses chanteurs et chanteuses Emmanuelle Duvillard, Benoît Dussauge et François Bessac. www.cepravoi.fr / www.sparklingvoices.fr

    Mardi 4 juin
    EINSTEIN ON THE BEACH. Avec l'Ensemble Ictus (musique de Philip Glass, narratrice Suzanne Vega). A 20 h 30 au Théâtre d'Orléans (Scène nationale). Le site.

    Jeudi 6 juin
    trupin VOYAGE IMMOBILE (tango contemporain). Dernière création de Jacques Trupin (bandonéon) accompagné de Vincent Viala (piano). A 20 h 30 à l'Espace des Carrières (École de Musique, 2, rue Jean-Antoine de Baïf), à Ormes.

    Du vendredi 7
    au dimanche 9 juin

    9e CHINON EN JAZZ. Trois jours de concerts totalement gratuits dans les lieux patrimoniaux, les rues anciennes et les espaces naturels de la ville, pour illustrer le jazz d’aujourd’hui dans toute sa diversité. Proposé par la ville de Chinon (Indre-et-Loire) et le Petit faucheux. Le site, ici.

    Vendredi 7 juin
    CA TRICOTE AU THÉÂTRE ! Avec “Et tout ce qui est faisable sera fait”. Proposé par le Tricollectif et la Scène nationale d'Orléans, à 20 h 30 au Théâtre d'Orléans. Le site de la Scène nationale.

    Samedi 8 juin 2019
    PROJEKT BIG-BAND. Avec, à la rythmique : Laurent Desmurs (claviers), Stéphane Decolly (basse), Bertrand Hurault (batterie), Salim Bekraoui (guitare), Benoit Lavollée (percussions) ; trompettes : Jean-Claude Giffaut, Guy-Claude Charcellay, Bernard Petit-Bagnard, Thierry Jammes ; trombones : Jean-Charles Legrand, Philippe Desmoulins, Christophe Legrand, Benoit Pœuf ; saxophones : Willy Dubois, Thomas Rongvaux, Paul Cadier, Bertrand Dubreuil, Simon Couratier. Proposé dans le cadre de la 10e saison des “Samedis du Jazz” par la Scène nationale d'Orléans et ô jazz ! A 15 heures dans le hall du Théâtre d'Orléans. Entrée libre.

    Samedi 8 juin
    BRASS BAND VAL DE LOIRE. Proposé par Bécarre Production de 10 h à 18 h au Théâtre d’Amboise dans le cadre du 25e Open International d’Amboise.

    Samedi 15 juin
    MANU DIBANGO (en septet). Festival de Sully. A 20 h 30 au Château de Sully-sur-Loire.
    02 38 25 43 43.

    Samedi 15 juin
    THE SOUL DEALERS. Proposé par Bécarre Production à 20 h 30, parc de la Salle des fêtes de Sandillon, dans le cadre du festival Sandi'notes.

    Dimanche 16 juin
    SARA (blues, pop, folk). Proposé par Bécarre Production à 13 h 30, parc de la Salle des fêtes de Sandillon, dans le cadre du festival Sandi’notes.

    Dimanche 16 juin
    MAJNUN (Afro-jazz). Proposé par Bécarre Production à 16 h 30, parc de la Salle des fêtes de Sandillon, dans le cadre du festival Sandi’notes.

    Du mercredi 19
    au samedi 22 juin

    jazz-acc80-levecc82checc81 JAZZ A L'ÉVÊCHÉ. Vingt concerts gratuits au Jardin de l'Evêché à Orléans. Tout le programme, ici.


    Et plus de sorties jazz en cliquant ici

    Et au-delà du jazz, d'autres sorties à Orléans et autour grâce au blog de Clodelle
  • Soutenez ô jazz !

    appel-dons-web1 xx
  • Nous contacter

    Vous êtes un groupe, un organisateur de concert, un amateur éclairé… vos infos nous intéressent ! contact.ojazz@gmail.com