Ô JAZZ ! Infos

Pour que vivent le jazz et les musiques voisines du jazz, à Orléans et en région Centre-Val de Loire

Payday Loans

Orchestre National de Jazz, nouveau projet

C’est une fierté nationale, qui a vu passer (à quelques exceptions près) les plus grands chefs hexagonaux, et a fourni la discothèque des amateurs d’un nombre impressionnant d’albums toujours orignaux. L’Orchestre National de Jazz (version Olivier Benoit) revient avec un nouveau projet, “Chicago”, longuement présenté dans la vidéo ci-dessous.

ONJ + MIKE REED

Cliquez ici pour lancer la vidéo

Et notre petit doigt – qui se répète – nous dit qu’on devrait entendre tout ça en direct d’ici pas tard…

Adieu, l’ami…

Dans la nuit de samedi à dimanche, Alain Vallarsa s’en est allé. Victime d’une “maladie pas sympa”. Et les échos d’une balade de Coltrane résonnent à nos oreilles accablées. Piètre consolation.
2009pajbjfgA l’Atelier, chez Gérard, au temps de Jazz Bourgogne (photos Jean-François Grossin)
2009pajjfg

“Bref tu l’as compris, encore une nouvelle histoire, histoire de ne pas tomber dans la solitude somnifère. Alors on ne sait jamais si une conjoncture te paraissais jouable, je suis partant et enthousiaste pour revenir draguer ma chère Jeanne.” (lettre d’Alain Vallarsa à ô jazz ! - 2017)

ya-des-moments-dans-la-vie

Prenez la peine d’écouter ce morceau, “Y a des moments dans la vie” auquel il faisait référence dans l’une de ses dernières lettres. Il “nous” l’avait réservé. Et nous aurions tant aimé vous le présenter, au cœur d’un nouveau répertoire. Nous avions prévu de le programmer pour “Jazz à l’Evêché” 2018. Oui, mais…

Offrez-vous cette parenthèse musicalo-poétique, l’instant d’une retrouvaille avec un poète de la musique, un musicien de l’âme et des mots. Des mots, un mort, les mots d’un mort… JLD

“Un temps vient où l’on ne reconnaît plus le paysage. Les amis, les amours disparaissent à un rythme accéléré et les décors changent à vue. Dans la mort d’un proche, le plus facile à supporter est la peine, sentiment simple et indiscutable. Ensuite on constate que le mort n’est pas parti seul, qu’il a emporté un morceau de soi, plus ou moins saignant…” Paul Guimard – 1992

……………………………………………………

Alain Vallarsa, bio expresse

Maintes fois programmé aux Samedis du Jazz, Place au Jazz de Loire, Jazz Bourgogne, Samedis du Jazz, Orléans Jazz, Jazz à l’Evêché… et mentor de très nombreux musiciens régionaux, Alain était né à Annecy en 1948. Pilier dans les années 70/80 du free jazz français avec le groupe X-TET, il donne plus de 400 concerts avec cette formation entre 1974 et 1978, accueilli à France Inter par André Francis et salué par la critique européenne.

Compositeur habitué des radios, Alain Vallarsa signe des musiques pour des émissions telles que “Lignes de mémoire” pour Edwige Feuillère, Hervé Bazin, Bernadette Lafont, Daniel Gélin… Pour France Inter, il compose pour André Targe créateur du feuilleton radiophonique “Lettres d’Aymonville”, puis signe la musique du feuilleton écrit par Tardi et Michel Boujut “Le Perroquet des Batignolles”.

Créateur au début des années 80 du “Grand Unisson” à Saint-Jean-de la-Ruelle, et revendiquant “l’éclectisme artistique accessible à tous”, il accueillera 250 groupes sur ce festival en deux décennies, avant de prendre sa retraite.
Il était reparti à Annecy, pour soigner sa mère…
2013-alain-tableau
samedis-2011-pd1
Croqué par Bernard Mérigault (2012) d’après une photo de Patrice Delatouche (Samedis du Jazz - 2011)
standojaz-campo-2009
Stand ô jazz ! Campo Santo 2009
2015-eveche
Jazz à l’Evêché 2015 (photo Christophe Esnault)
2009paj-jfg-biere1
A la tienne, vieux frère…

Jeunes talents, le Moulin de la vapeur vous ouvre ses portes

Après le succès de son cinquantenaire l’an passé, la MJC d’Olivet cette année laisse la place aux jeunes ! Elle ouvre sa salle de spectacle à de nouveaux talents dans le cadre d’une scène ouverte, “En scène au Moulin”.
en-scene

Vous avez moins de 25 ans ? Vous êtes artiste amateur et vous souhaitez présenter un projet artistique ? “En scène au Moulin” vous donne l’occasion de tester votre talent.

“En scène au Moulin” s’adresse à tous les artistes amateur(es), seul(es) ou en groupe, qui souhaitent présenter un projet artistique. Tous les domaines sont concernés (musique, danse, stand-up, spectacle…). C’est l’occasion de tester votre talent et de proposer sur scène une œuvre originale (20 min max).

L’opération se déroule en trois phases  
– Appel à participation : jusqu’au 16 avril
– Confirmation des artistes : mercredi 02 mai
– En scène au Moulin, la soirée : samedi 23 juin 2018 à 18 heures

Pour participer
Télécharger le dossier d’inscription via le site de la MJC, et le retourner par mail (antoine.thery@mjcmoulin-olivet.org) ou par courrier (Maison des Jeunes et de la Culture d’Olivet, 127, rue Marcel-Belot, 45160 Olivet), avant le 16 avril 2018.

Plus de renseignements au 02 38 63 66 60.

  • ô jazz ! est sur Facebook

    Ojazz logo Retrouvez-nous d'un simple clic sur le “bouton” ci-dessus.
  • Dans les bacs

    srochelleLaurent Rochelle, saxophoniste et clarinettiste, et Marc Sarrazy, pianiste, sortent un deuxième enregistrement qu'ils ont intitulé Chansons pour l'oreille gauche. Leur douze “chansons”, parfois d'apparence très classique, parfois plus folles, constituent un magnifique dialogue entre les deux instruments. C'est doux, et puis ça dérape, ça s'aigrit, mais ça revient dans les clous. Plein d'emprunts à la musique contemporaine, ou moderne, Debussy, Ravel, Bartok, plein de moments qui rappellent, mais rappellent quoi ? Parce que tout est réinventé, réapproprié. Alors il faut arrêter de se poser la question, juste se dire que ces deux-là ont beaucoup écouté et qu'ils nous proposent une musique faite de toute leur culture, de toutes leurs influences. Et ça fonctionne à merveille. Pas besoin de savoir d'où elle vient ; pour l'entendre vraiment, il faut se laisser aller. Ils nous entraînent dans leur univers libre et inventif, ils nous promènent sur des petites mélodies au piano qui font penser à plein de choses. Il y a du klezmer par moments, il y a du romantisme, toujours mélodique mais rythmé, très jazz, des moments solennels et graves à la clarinette basse mais aussi du lyrisme à la Michel Legrand (“Si tu regardes”), varié tout restant dans une très grande cohérence. Trois invités apportent leur touche perso, Cyril Bondy à la batterie sur “Reflet dans un œil mort”, Alexei Aigui au violon et Anja Kowalski à la voix sur “Qui s'en va un peu”. Un disque envoûtant qu'on écoute et réécoute pour tenter vainement d'en saisir la totalité. BC (Linoleum Records - CD1D / Les Allumés du jazz) texier

    Henri Texier sort un nouvel album, et c'est toujours une fête de jazz ! Il y reprend quatre anciens morceaux et les complète avec deux nouveaux thèmes. Qui sont tout à fait dans le style de ce qu'il a toujours fait : des mélodies carrées et très affirmées se développant dans des chorus divers et plus libres, mais qui gardent la couleur d'origine. Son jeu reste d'une finesse et d'une efficacité redoutable. Sur “Hungry Man”, par exemple, il est continuellement présent et pourtant discret, il galope avec une énergie réjouissante et donne le tempo sans faillir au long de ces presque onze minutes ! Cette nouvelle composition, comme Sand Woman qui donne son titre à l'album, offrent à ses partenaires de merveilleuses occasions de jouer. Texier a toujours eu le sens de l'équipe. Manu Codjia lance son jeu clair et brillant, et se retrouve parfois à l'unisson avec la contrebasse. Les deux soufflants, Sébastien Texier à l'alto et à la clarinette, et Vincent Lê Quang au ténor et soprane, se glissent magnifiquement dans ce cadre structuré proposé par le compositeur. Le lent balancement d'“Indians”, par exemple, un morceau créé dans les années 90 et joué maintes fois avec d'autres compagnons, notamment Sclavis, débouche sur d'autres développements qui conservent cette puissance originelle de l'écriture du thème. Quant à Gautier Garrigue à la batterie, il assure un soutien inconditionnel à cette musique très forte. Six morceaux, six ambiances sur un écran de cinémascope qui nous racontent des histoires émouvantes et profondes, puisque les musiciens “rejouent leur destin”, comme dit Texier sur la pochette. BC (Label Bleu/L'Autre Distribution)

    debora-seffer Il faut parfois regarder dans le rétro pour être sûr de ne rien oublier d'essentiel ! Quand on fait le bilan musical de l'année 2017, il y a un album de jazz qui a échappé à beaucoup d'amateurs et qui pourtant doit être écouté avec l'attention que mérite son originalité. C'est Au croisement des chemins, de Debora Seffer, produit par l'Association pour la Création et l'Edition en Liberté avec des dons collectés sur KIssKissBankBank.
    Outre Debora  Seffer au chant et au violon, on retrouve le pianiste Bojan Z et le clarinettiste basse Thomas Savy. Deux grandes pointures qui ont fait le bon choix artistique et mis leurs talents au service des compositions personnelles de cette artiste aux origines hongroises.
    On perçoit bien sûr ses influences "slaves", mais on dépasse vite cet emprunt pour une véritable créativité musicale alliant à la fois énergie, feeling et rythmique, renforcée par Jean-Paul Molina à la batterie et Damien Varaillon à la contrebasse. Il y a du Tigran Hamasyan  dans la manière pour Debora Seffer de transcender ses sources d'inspiration. Ce nouvel album est indéniablement un tournant dans sa vie musicale, qui devrait la propulser sur le devant des scènes européennes de jazz, en espérant que celles d'Orléans (Jazz or jazz ou Jazz à l'Evêché) la programmeront vite ! Idem pour les salles All That Jazz... DB (2017 ACEL009/JF010 - Socadisc)

    essais-2 De Haendel à Ravel, de Vian à Voulzy, de New-York à Rio…, le dernier album du Pierre de Bethmann Trio embrasse large, puisant à de multiples sources. Et le jazz dans tout ça ? Il est partout ! Où il est démontré, une fois encore et de belle manière, l'extraordinaire capacité du genre à accueillir et intégrer sans discrimination toutes les influences, les styles, les époques. Dans cet Essais (volume 2), le trio “classique” piano-basse-batterie fait merveille, produisant un ensemble d'une rare cohérence malgré la grande disparité des origines et des esthétiques. Tout en aisance et en finesse, les interprètes (outre le leader, on trouve Sylvain Romano à la contrebasse et Tony Rabeson à la batterie), nous offrent une musique dont il ne vient à aucun moment à l'esprit de questionner l'évidence. Un jazz qui coule de source, à la fois sobre et beau, humble et presque “familier”. Le peintre-violoniste (et élève de Vlaminck, aux pinceaux comme à l'archet) William Clochard (1894-1990) avait coutume de dire en parlant d'art : “Quand ça ne marche pas, c'est qu'il y a quelque chose en trop.” Il n'y a rien de trop, ici. Juste ce qu'il faut. Et c'est une vraie réussite. JLD (Aléa)

    BC : Bernard Cassat
    CE : Christophe Esnault
    DB : Daniel Buon
    DD : Dominique Derenne
    JLD : Jean-Louis Derenne

    >>>Et plus de CD dans les bacs d'ô jazz ! en cliquant ici
  • Nos articles récents

  • Nos rubriques

  • Nouveauté cd

    ucm-sousc-site1col-image
  • Agenda Jazz


    SAMEDIS DU JAZZ 2017-2018 samedis-ce-copie 07/10/17 Boyer-Samuelito
    04/11/17 Serge Lavalette Trio
    09/12/17 Trio Initiatives
    13/01/18 Jazz Meeting Trio
    10/02/18 Omer Pulse
    10/03/18 Duo Jéricho-Saitham
    21/04/18 Delaunay Trio Pop
    12/05/18 Antoine Hervier Trio
    02/06/18 Z Comme
    Concerts à 15 heures, Hall du Théâtre d'Orléans, Gratuit
    samedis
    Programme complet ici.


    Jeudi 22 février
    HOOP. Duo cor (Sébastien Mitterrand) et guitare (Elie Garcia) autour des répertoires de Charlie Parker, Jim Hall, Lee Konitz ou encore Horace Silver. A 20 h 30 à La Ruche en Scène, 24 bis, rue de la Tourneuve à Orléans.

    Vendredi 23 février
    LUNAR ERROR / GRAND PETIT ANIMAL. Dans le cadre des “Soirées Tricot” proposées par le Tricollectif sur l’ensemble de la saison. A 20 h 30 au Théâtre d'Orléans. www.scenenationaledorleans.fr

    Samedi 24 février
    DUO RUHLMANN-CHAVEZ ( Brazi-Latin Jazz). De 19 h à 22 h à l'Escalier, 1, rue du Bourg à Chartres. 07 86 09 50 38

    Samedi 24 février
    UN POCO LOCO. Une relecture par trois musiciens improvisateurs du répertoire des années 40 et 50. Avec Fidel Fourneyron (trombone), Geoffroy Gesser (saxophone ténor, clarinette), Sébastien Béliah (contrebasse). Précédé par ELECTRIC VOCUHILA, du Capsul Collectif, avec “Prime Time”, hommage à Ornette Coleman. A 20 heures au Petit faucheux, 12, rue Léonard-de-Vinci à Tours.
    02 47 38 67 62. Leur site, ici.

    Samedi 3 mars
    SCRATCHOPHONE (Electro-swing teinté de new-orleans). A 20 heures au Temps Machine, 45-49, rue des Martyrs à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire).
    02 47 48 90 60

    Vendredi 9 mars
    MARCUS KING BAND. Blues, rock psychédélique, soul (sextet). Concert à 21 heures. All that Jazz (Les Lobis), 12, avenue du Maréchal- Maunoury à Blois. 02 54 44 41 80. www.allthatjazz.fr

    Du samedi 10 mars
    au samedi 7 avriljazz-mars

    JAZZ DE MARS. C'est déjà la 24e édition d'un festival qui se tient cette année dans dix-neuf communes d'Eure-et-Loir. A l'affiche : Wallace Roney, Baptiste Trotignon, Guillaume Perret, Sarah Mc Coy, Christian Escoudé, les Glossy Sisters, Romane… Jazz de mars, le site

    Samedi 10 mars
    DUO LENY-SAITHAM (découverts à Orléans à l'occasion du premier Tremplin Jazz or jazz en 2016). Avec Ynel Saitham (piano) et Leny “Jéricho” (batterie). Proposé, dans le cadre des Samedis du Jazz (Scène nationale d'Orléans / ô jazz !), à 15 heures, hall du Théâtre d'Orléans.

    Samedi 10 mars
    TOUS EN SCÈNE À LA MAM. A 18 h : Le Jardin Zinzin, un conte merveilleux et interactif de et par Gabrielle Baud, pour les petits à partir de 4 ans ; 20h  :  Scapin au Jardin, adaptation déjantée des fourberies de Scapin de Molière par François Manuelian ; 21 h 30 : concert Nobody Knows Gospel (8 chanteurs dirigés par Guylène Charmetant, accompagnés par Éric Amrofel. A la Maison des arts et de la musique, 1, Cours Victor-Hugo, Orléans-sud. Buvette et petite restauration sur place.

    Samedi 10 mars
    saxman SHANNON MURRAY (alias “Saxman”) en quartet. Autour de son dernier cd “The Stuff that Dreams are made of…”. A 20 h 30 à l’Auditorium Jean-Poulain, à Briare.

    Samedi 10 mars
    YAÏA (romances judéo-espagnoles chantées en ladino, avec accompagnement de contrebasse électrique saturée, de saxophones rauques et de chœurs généreux !). A 20 h 30 au 9 Cube, 93, rue Ampère à Châteauroux (Indre). Prix libre.

    Dimanche 11 mars
    STÉPHANIE TRICK/PAOLO ALDERIGHI. Un piano, deux pianistes et quatre mains. Proposé par “Du blues au swing”, à 17 heures à l'Espace Scénique (accolé à la Salle de Montission) de Saint-Jean-le-Blanc. Le site, ici.

    Jeudi 15 mars
    JAZZ AU 44. Avec Benoît Lavollée (vibraphone), Lila Tamazit (chant), Stéphane Decolly (basse), David Georgelet (batterie). De 19 h à 22 h au Bar “Le 44” de l'hôtel Mercure, 44, Quai Barentin à Orléans. Formule bar ou dîner-concert.
    02 38 62 17 39.

    Dimanche 18 mars
    MEGASWING LEGEND. Avec une brochette de solistes invités, Patrick Bacqueville, Claude Braud, “Pilou”… Proposé par le Hot Club du Gâtinais, à 17 heures au Tivoli, 2, rue Franklin-Roosevelt à Montargis. 06 10 61 79 20 - Le site du Hot Club


    Et plus de sorties jazz en cliquant ici

    Et au-delà du jazz, d'autres sorties à Orléans et autour grâce au blog de Clodelle
  • A visiter

  • Jazz Radios

  • Soutenez ô jazz !

    appel-dons-web1 xx
  • Nous contacter

    Vous êtes un groupe, un organisateur de concert, un amateur éclairé… vos infos nous intéressent ! contact.ojazz@gmail.com

    VOUS UTILISEZ INTERNET EXPLORER ? CE SITE VOUS PARAIT ILLISIBLE ! ADOPTEZ FIREFOX, C'EST MAGIQUE !
    En suivant ce lien.

    SUIVEZ aussi toute l'actualité d'ô jazz ! en vous abonnant à notre fil d'info Twitter sur :
    www.twitter.com/actuojazz