Ô JAZZ ! Infos

Pour que vivent le jazz et les musiques voisines du jazz, à Orléans et en région Centre-Val de Loire

Payday Loans

Rendez-vous du 31 août au 13 septembre avec “Jazz à La Villette”

C’est un incontournable rendez-vous de rentrée, à programmer bien en avance sur l’agenda. Cette année encore, les pointures côtoient les pointus (qui sont parfois les mêmes) !
donny
Donny McCaslin. Pilier du Maria Schneider Orchestra,
le saxophoniste a sorti en 2016 “Beyond now”, un album qui a fait sensation.
Il sera au Cabaret sauvage le 7 septembre

Depuis 2002 et sa résurrection sous un nouveau nom, Jazz à la Villette, coproduit par La Villette et la Philharmonie de Paris, fait briller toutes les nuances du jazz.
En 2009, Jazz à la Villette s’est ouvert au jeune public avec Jazz à la Villette for Kids. Depuis 2014, il propose également Under The Radar, un nouveau temps fort qui emmène le public à la rencontre d’artistes-explorateurs et fait la part belle aux découvertes, aux projets inclassables et aux coups de cœur.
Outre ces concepts originaux, Jazz à la Villette offre à son public des créations originales, une programmation cinématographique spécial jazz et des concerts hommages aux plus grandes figures du genre.

Au menu de cette édition, de l’international avec notamment Pharoah Sanders, Zakir Hussain & Joachim Kühn (le 1er), Richard Bona (le 2), Gregory Porter (le 5), Donny McCaslin (le 7), Omer Avital (le 8), Christian McBride (le 11), Archie Shepp (le 12).

Et la fine fleur française, d’Emile Parisien (le 1er) à Laurent de Wilde (le 8), en passant par Vincent Peirani (le 2) et Thomas Enhco (le 3)…

A la Philharmonie de Paris, Cité de la musique et Grande halle de la Villette, 221, avenue Jean-Jaurès – Paris XIXe + scènes associées (Cabaret sauvage, Ermitage, Dynamo…) / jazzalavillette.com

sous-uocm-2col1

DES IMAGES ET DU SON, POUR SE FAIRE UNE IDÉE…

“Jazz’O’Cor des fermes”, en Touraine du 20 au 27 août

Jazz O’Cor des fermes est un festival original qui donne rendez-vous aux amateurs de musique dans divers lieux “insolites” autour de Sainte-Maure-de-Touraine (entre Tours et Chinon) : des fermes, des chais, une production de miel, une cave…

jazz-fermesIntitulée “Gastro Jazz Dégust”, la partie “alimentaire” du festival s’articule autour d’une thématique culinaire par soirée, liée aux produits du terroir concerné. Ainsi, la soirée d’ouverture du 20 août sera-t-elle placée sous le signe du melon et de la truffe, joyaux du secteur de Marigny-Marmande. Quinze vignerons de Panzoult (chinon AOC) seront associés à la soirée du 23, un producteur de miel à la soirée du 25, tandis que safran et farine seront à l’honneur pour la soirée du 26 avant de finir en beauté avec ce qui sonne comme une fable de la Fontaine, le vin, la chèvre et la brebis, pour la soirée de clôture.

Au menu… musical

– Dimanche 20 août à 11 heures : la truffe et le melon, à Marigny-Marmande, avec le duo “Hoop” et son programme “Commençons en swing”
– Mercredi 23 août à 19 heures : Les cuvées (chinon AOC) de la Cave Touristique de Panzoult, avecle duo “Fines lames” (Sepchat-Détruit) et “Jazz et Caraïbes”
– Vendredi 25 août à 19 heures : le miel aux Abeilles de Papae, à Lémeré, avec un hommage à Miles Davis et Gil Evans par la formation de cors “The Horn’s Tet”
– Samedi 26 août à 19 heures : Le safran et la farine à la Ferme du Gros Buisson, à Saint-Epain, avec le Brass Dance Orchestra. A ne pas manquer la balade à énigmes dès 16 h 30 (sur réservation)
– Dimanche 27 août à 17 heures : le vin, la chèvre et la brebis, au Domaine Chesseron à Chaveignes, autour d’un hommage à Duke Ellington. A ne pas manquer, l’apéritif dînatoire en clôture du festival (10 €, inscriptions au 06 13 06 81 94).

Festival labellisé “Tours Cité Internationale de la Gastronomie en Val de Loire”, organisé par l’association “A Tours de Cors”, en partenariat avec la Communauté de Communes Touraine-Val de Vienne, le Petit faucheux, le Département d’Indre-et-Loire et les exploitations et fermes qui accueillent les différents concerts.

Renseignements 06 42 30 72 68. Programme complet en suivant ce lien.

samedis-ce-site

Le programme complet est ici

Cartes postale de… l’Evêché (3)

Elle est signée de l’ami Jean Puyo. C’était le samedi 24 juin, jour de tous les records d’affluence… et de toutes les frustrations ! Il s’avère en effet que quelques centaines de personnes n’ont pas pu entrer ce soir-là.
queue-eveche-jpuyo

Cartes postales de… l’Evêché (2)

Deuxième série d’images, deuxième regard, celui de Christophe Esnault. C’était en juin, du 21 au 24, lors de “Jazz à l’Evêché”. Et plus d’images encore sur son “Jazzbook”
_mg_7159_mg_7186_mg_744115download-1

  • Dans les bacs

    gevansUn oublié du printemps, et qui ne méritait pas de l'être : sorti en avril, le double-album Spoonfull est un nouvel hommage du pianiste, musicologue et compositeur Laurent Cugny à son maître Gil Evans (1912-1988), qu'il avait invité en France en 1987 et auquel il consacra un livre (Las Vegas tango, une vie de Gil Evans – 1990, POL). A la tête du Gil Evans Paris Workshop, qu'il a créé en 2014, L. Cugny pourrait – en disciple révérent – se contenter de faire revivre la musique de celui qui demeure, au-delà de ses talents de compositeur, un arrangeur inspiré (notamment de Miles Davis) et inspirant (Maria Schneider, qui fut son assistante, reste marquée par son influence, comme nombre de compositeurs, orchestrateurs et arrangeurs, de jazz mais pas seulement). Mais le propos du musicien va plus loin et son double album n'en acquiert que plus d'intérêt. Le premier cd, “La vie facile”, ne rassemble en effet que des compositions de Laurent Cugny et nous permet d'apprécier plusieurs de ses arrangements sur différents thèmes, de Gershwin à Django Reihnardt. Le second album (“Times of the barracudas”) est, lui, dédié aux compositions et arrangements d'Evans, retravaillés en une sorte de lifting délicat qui les fait sonner d'une étonnante modernité et fraîcheur. Loin de l'hommage servile, cette “réinvention” de la musique de G. Evans nous permet de réentendre avec une autre oreille la subtilité du travail de celui-ci, servi par un big-band de seize instrumentistes ni trop respectueux ni trop iconoclastes, mais toujours “justes”. Voilà une pierre de plus apportée à la redécouverte de l'œuvre du musicien canadien, après les deux albums d'inédits enregistrés aux USA par Ryan Truesdell (“Centennial” en 2013 et “Lines of colors” en 2015), lequel n'est autre que l'assistant de… Maria Schneider ! JLD (Double cd – Jazz & People)

    hudson Quatre musiciens majeurs du jazz américain, donc mondial, se sont rassemblés pour célébrer la région où ils vivent, la vallée de l'Hudson. Tous ayant vécu et percé à New-York, ils ont eu besoin, à un certain moment, de se mettre au vert dans cette vallée à deux heures environ de la grosse pomme. Et ils ont évidemment puisé dans le répertoire que cet endroit a vu naître. Des reprises donc, l'admirable “Lay Lady Lay”, de Dylan, où John Scofield capte sur sa guitare des accents très soixante-dix pendant que Jack DeJohnette tire ce morceau vers le reggae sur ses tambours percussifs. A “Hard Rain's a-gonna Fall” permet à Scofield de nous balader dans ses propres développements, largement soutenu par les claviers de John Medeski. Joni Mitchell, The Band et même Hendrix font partie des reprises, mais six morceaux sont signés par les membres du groupe. Comme ce “Tony Then Jack” ou Larry Grenadier galope sur le manche de sa contrebasse avec une grande maîtrise évocatrice. Et puis la voix de DeJohnette, qui lance cet hommage aux peuples qui les ont précédés dans cette vallée. Toute une histoire donc, mais en même temps un grand moment de musique libre et joyeuse, entraînante, personnalisée et collective. Réussie. BC (Motema)

    big4 Julien Soro est aux saxos et à la compo, Stephan Caracci au vibraphone, Rafael Koerner à la batterie et Fabien Debellefontaine au sousaphone. Tous quatre participent au big band Ping Machine, mais ils jouent ensemble dans un quartet, le Big 4. Depuis sept ans, d'où ce Seven years, cd enregistré sur scène au Triton, la salle de musique improvisée des Lilas. Et ils ont invité un ami trompettiste, Quentin Ghomari, sur cinq morceaux. Les quatre autres forment une suite, “Temps libre”, que le quartet interprète seul. A formation peu commune (deux rythmiques, deux soufflants, mais tous mélodiques), musique originale. Julien trouve un son riche et modulé au saxo, le sousaphone amène une tonalité de fanfare et le vibraphone parsème de touches de gaîté ce jazz libre et inventif mais extrêmement maîtrisé. Quant à la trompette invitée, elle emmène dans de très belles variations (Zéphyr par exemple), douces et pourtant pleines d'énergie et d'images. L'accord entre les cinq musiciens est vraiment au point, ils explorent avec talent toutes les possibilités offertes par cette réunion peu commune d'instruments. Le savoir musical est aussi extrêmement présent dans “Temps libre”, qui se joue des métriques et des ruptures de rythmes. Un très bel ouvrage, d'un groupe à qui l'on souhaite 77 ans de bonheur musical, au moins. BC (Neuklang Records)

    marseille-digipack Comme les grands crus, Ahmad Jamal se conserve bien en vieillissant (87 ans cette année) et sa musique reste gouleyante, à s’enivrer de plaisir… sans risque auditif ! Marseille est sa muse sur son nouvel album. Ce thème principal se décline en triptyque, avec d’abord (plage 1) un instrumental brillant, ponctué de subtils roulements de tambour, qui nous scotche musicalement sans pourtant se départir d’une sublime simplicité mélodique. En plages 4 et 8, Abd Al Malik et Mina Agossi se font les porteurs de voix de la déclaration personnelle d’amour d’Ahmad Jamal à sa ville provençale, ajoutant une touche de poésie à une musique qui fait corps. L’album contient bien d’autres pépites. On ne peut pas être insensible à son “Autumm Leaves” (plage 5) au tempo original. Idem pour le standard “Sometimes I feel like a motherless child” (plage 2) où Jamal fait un clin d’œil enjoué à Miles ! “Baalbeck” est plus martial (plage 7), mais ce morceau met bien en valeur les remarquables et fidèles musiciens du pianiste : James Cammack (b), Herman Riley (dm) et Manolo Badrena (perc). Longue vie à ce musicien d’exception et bonne écoute de son nouvel opus ! DB (Jazz Village / Pias)

    bschorp Le contrebassiste Bruno Schorp vient de sortir son deuxième album en leader, Into the world. Et en effet, il se promène dans ses influences, de “Katmandou” à “Travessia”, de Milton Nascimento. Les trois compères de quartet, Christophe Panzani au saxo, Leonardo Montana au piano et Gautier Garrigue à la batterie, sont sur la même longueur d'onde. Tous les quatre nous proposent un jazz léger, agréable, fluide, non dépourvu de profondeur. Ils développent avec une sorte de mélancolique langueur des thèmes mélodieux aux vibrations prenantes. Derrière cette façade cool, une énergie et une rigueur tiennent en haleine. Trois invités sur certains titres viennent rehausser les couleurs en gardant la tonalité générale, Nelson Veras à la guitarre, Tony Paleman aux claviers et la voix de Charlotte Wassy, très instrumentalisée. La multiplicité de collaborations dans le parcours de Bruno lui fait adopter une place assez consensuelle, cherchant la profondeur du propos plus que la nouveauté, la douceur plus que l'agression. Mais le cd tient ses promesses et le monde proposé, d'une très grande qualité technique, vaut le coup d'une grande promenade. BC (Shedmusic / brunoschorp.com)

    running-backwards On connaît l’énergie et la diversité d’Andy Emler. Après trois cd en trio avec Claude Tchamitchian à la contrebasse et Eric Echampart à la batterie, un quatrième compère et ami vient les rejoindre, Marc Ducret et sa guitare, pour Running backwards, un opus de sept compos du leader. Quatre grands du jazz contemporain français. Ensemble, ils n’ont évidemment pas besoin de montrer leur valeur, mais juste de jouer comme ils savent le faire. On connaît la vigueur du batteur, et il ne déçoit pas. Roulements au quart de poil, tenue irréprochable des temps forts enjolivés de battements secs, jeu de tambours mat et intense, Eric s’amuse en donnant à ses acolytes une structure très forte, dans “Lève toi et… Marc”, par exemple, plage où le piano et la guitare électrique dialoguent magnifiquement, nous entraînant dans une dimension quasi cosmique. Et qui se continue dans le morceau suivant, le début en tout cas, car les morceaux ont en fait des parties, des moments parfois différents, variant rythme, formes, couleurs. Tchamitchian fait lui aussi de magnifiques percées, dans “Turn around” en particulier. Très belle musique, parfois sad mais toujours beautiful, titre d’un morceau. Et s’ils ont l’air de regarder en arrière en s’en défendant, de tourner en rond ou de marcher dans l’autre sens, leur musique va fièrement de l’avant et déroule avec brio une guirlande sonore brillante, équilibrée, inventive. Indispensable. BC (La Buissonne - Pias)

    BC : Bernard Cassat
    CE : Christophe Esnault
    DB : Daniel Buon
    DD : Dominique Derenne
    JLD : Jean-Louis Derenne

    >>>Et plus de CD dans les bacs d'ô jazz ! en cliquant ici
  • Nos articles récents

  • Nos rubriques

  • ô jazz ! est sur Facebook

    Ojazz logo Retrouvez-nous d'un simple clic sur le “bouton” ci-dessus.
  • Nouveauté cd

    vente-site eluchoc

    Un simple clic ci-dessous pour acheter l'album



    AVEC LE SOUTIEN DE


    thelem_logoBloc marque+site vecto- Région Centre-Val de Loire- 2015logo-orleans














  • Agenda Jazz


    SAMEDIS DU JAZZ 2017-2018 samedis-ce-copie Huit ans et soixante-dix concerts plus tard, ô jazz ! et la Scène nationale d'Orléans proposent une nouvelle saison des samedis du Jazz (la 9e !), au Théâtre d'Orléans. Entre octobre 2017 et juin 2018, un samedi par mois à 15 heures, neuf concerts gratuits dédiés aux musiciens jazz du Centre-Val de Loire, entre classiques revisités et nouvelles explorations musicales.
    samedis
    Programme complet ici.


    Jusqu'au 20 août
    LES ESTIVALES. Ensemble de concerts, pièces de théâtre, soirées guinguette, ciné plein-air, marchés nocturnes, visites de ville, bal, feux d’artifice et autres temps forts (son et lumières, festival de piano…). Proposé par la ville de Beaugency dans les différents quartiers de la ville et, à partir de juillet, sur la plage installée quai Dunois. Les infos en suivant ce lien.

    Jusqu’au 31 août
    odyssee L’ODYSSÉE DU JAZZ. Exposition dédiée à l’histoire du jazz (panneaux thématiques, photos, peintures…). Hall de l’Hôtel de ville, place de la République à Châteauroux (Indre).

    Dimanche 20
    au dimanche 27 août

    JAZZ O'COR DES FERMES. Festival “jazz et gastronomie locale”, dans des fermes, des chais, des caves… de la Communauté de Communes Touraine Val de Vienne (entre Tours et Chinon, autour de Sainte-Maure-de-Touraine). Concerts, dégustations. Rens. 06 42 30 72 68. Programme complet en suivant ce lien.

    Dimanche 20 août
    KARPATT (trio de jazz manouche et chanson jazzée). A 17 heures, dans le cadre de “Jardins en Fête”, au Jardin du Duc de Berry, à Mehun-su-Yèvre (Cher). Gratuit.

    Jeudi 24 août
    DUO JAZZ. Avec Isabelle Sabatier (chant) et Franck Sallé (guitare). A 20 h 30 au kiosque des Dominicaines, rue Charles-Beauhaire à Saint-Jean-de-la-Ruelle.

    Jeudi 31 août au mercredi 13 septembre
    dmccaslin JAZZ À LA VILLETTE. Un wagon de concerts, avec Pharoah Sanders, Fred Westley, Kenny Garrett, Gregory Porter, Richard Bona, Donny McCaslin, Omer Avital, Christian McBride… A la Cité de la Musique à Paris (221, avenue Jean-Jaurès – XIXe – M° Porte de Pantin). Toutes les infos sont là.

    Du jeudi 14
    au dimanche 24 septembre

    drJAZZ EN TOURAINE. Sur dix jours, quarante-cinq concerts à Montlouis même (Magic Mirror, Espace Ligéria…) et dans une quinzaine de communes partenaires. www.jazzentouraine.com

    Du lundi 18
    au vendredi 22 septembre
    JAZZ EN BERRY. Cinéma, blues, jazz swing, new orleans… à Châteauroux et dans plusieurs communes de l'Indre. Programme ici.

    Samedi 7 octobre
    Duo Antoine Boyer-Samuelito (swing manouche et flamenco). Avec Antoine Boyer (guitare), Samuelito (guitare). Proposé, dans le cadre des Samedis du Jazz (Scène nationale d'Orléans / ô jazz !), à 15 heures, hall du Théâtre d'Orléans.

    Mercredi 11 octobre
    lboyer1 KAMATO / GRAND ORCHESTRE DU TRICOT (“Hommage à Lucienne Boyer”). Dans le cadre des “Soirées Tricot” proposées par le Tricollectif sur l’ensemble de la saison. A 20 h 30 au Théâtre d'Orléans. www.scenenationaledorleans.fr

    Vendredi 13
    et samedi 14 octobre

    projektPROJEKT BIG BAND. Après les formidables concerts donnés en 2016 dédiés à Phil Collins version jazz, le big band loirétain (où l'on retrouve la fine fleur des musiciens de jazz d'ici et d'autour) propose à nouveau deux rendez-vous, cette fois consacrés à la musique de Peter Herbolzheimer, compositeur et tromboniste allemand assez méconnu mais qui mérite de l'être ! Concerts à 20 h 30 à la salle Gérard-Philipe d'Orléans-La Source. Leur page Facebook est ici

    Et plus de sorties jazz en cliquant ici

    Et au-delà du jazz, d'autres sorties à Orléans et autour grâce au blog de Clodelle
  • A visiter

  • Jazz Radios

  • Jazz à New-York, see U…

    bye-bye-ny Avec la fermeture du “Garage” fin décembre 2015, après celle du “Lenox Lounge” au cours de la même année, sans parler du déménagement forcé du Zinc Bar et de la Jazz Gallery, de la réaffectation du Poisson Rouge et de tant d'autres clubs mythiques, ce “Jazz à New York” (daté de 2010) est aujourd'hui frappé d'obsolescence. En attendant sa mise à jour (envisagée) cette rubrique créée pour ô jazz ! en 2010 par Jean-Louis Derenne n'est plus disponible. So long folks…
  • Soutenez ô jazz !

    appel-dons-web1 xx
  • Nous contacter

    Vous êtes un groupe, un organisateur de concert, un amateur éclairé… vos infos nous intéressent ! contact.ojazz@gmail.com

    VOUS UTILISEZ INTERNET EXPLORER ? CE SITE VOUS PARAIT ILLISIBLE ! ADOPTEZ FIREFOX, C'EST MAGIQUE !
    En suivant ce lien.

    SUIVEZ aussi toute l'actualité d'ô jazz ! en vous abonnant à notre fil d'info Twitter sur :
    www.twitter.com/actuojazz
  • Partenaire

    Jazz Radio