Ouverture de Jazz à l’Evêché, hier 18 juin. La pluie est de la partie, mais elle n’arrête pas le pèlerin ! Tous les concerts font le plein…

18-06-gene-jp
Photo Jean Puyo (qu’on remercie !)

2 000 à 2 500 personnes à l’intérieur du jardin, et plusieurs centaines à l’extérieur, empêchées d’entrer pour cause de saturation du lieu. C’est Vintimille à l’ombre de la cathédrale… Si l’on doutait encore de l’intérêt des Orléanais pour le jazz, la réponse est là, en ce jeudi au ciel maussade. Croisons les doigts pour que la frustration engendrée ne prenne pas une ampleur ingérable ce week-end ! Moralité : arriver tôt.

18-06-51s-pn
Ouverture avec les 51 Shots,
le groupe tourangeau dont on parle… et on reparlera !
Photo Patrick Nauroy. D’autres photos jazz de Patrick Nauroy, ici

Belle ouverture des 51 Shots, programmés à 19 h par ô jazz !. Le trio tourangeau a fait ses classes à Jazz à Tours et ça s’entend. C’est carré, très “pro“, très “jazz”. Avec ses compositions originales signées du pianiste Valentin Pommeray, la formation (Simon Buffaud, contrebasse, et Steven Daviet, batterie) se promène en liberté dans des esthétiques très référencées du jazz mélodique américain, mais en leur apportant sa touche, son style propre. C’est mélodieux et ça swingue, c’est assez consensuel mais jamais démagogique : que demander de plus pour ouvrir cette manifestation qui draine un public large et très éclectique ?

18-06manoukianpn
André Manoukian par Patrick Nauroy

Le Dédé de ces dames, l’ineffable André Manoukian qui avait renoué avec le jazz ici même il y a quelques années, se pointe débonnaire à 20 h 30. Il a la tchatche, il porte beau et sait causer ! C’est parti pour une heure trente avec un jazz parfois très “garbarekien” (son sax Hervé Gourdikian sonne d’ailleurs comme le maître norvégien et le batteur Pierre-Alain Tocanier rappelle très fort un certain Manu Katché) et des compositions qui puisent aux sources arméniennes du pianiste. Agréable et apprécié, même si, côté Arménie, Tigran Hamasyan a placé la barre très haut…

Fin de soirée avec les élèves des ateliers jazz de Baptiste Dubreuil qui s’exposent sans complexe sur la petite scène ABCD. Ils ont raison. C’est ça le jazz, le partage. Le public suit. JLD

…………………………………………………………….

19 juin, le programme du jour

– 12 h 30 : Orphéon Célesta
“La Préhistoire du Jazz”. Concert jeune public.
Avec Emmanuel Hussenot (saxophone, flûte, trompinette, kazoo, vocal, scat), Christian Ponard (banjo, guitare, cornet, kazoo, vocal, scat), Patrick Perrin (soubassophone, jug, kazoo, vocal) et Romain Ponard (batterie, washboard, percussion, vocal).
– 19 heures : Méloblast – SORTIE D’ALBUM !
melo-cage
Photo Patrice Delatouche

Méloblast est une créature à douze pattes subtilement velues, surmontées de six têtes sérieusement perturbées. Tapie dans l’ombre, derrière ses bruits-sons ardents, la bête étouffe d’un sinistre ronflement sa somnolente digestion. Bientôt, la faim au ventre, elle sortira de sa tanière, humant les traces de ses possibles proies, espérant les saisir aux tripes, les envoûter de son chant hypnotique et les séduire de son souffle brûlant.
Formation très “cuivrée”, le sextet Méloblast, qui réunit quelques-uns des plus brillants sujets de la scène orléano-régionale, a remporté le Tremplin Orléans’Jazz en 2014. Il vient de réaliser avec “ô jazz !” son tout premier album, “Funambul(e)”, dont le concert à l’Evêché marque la sortie orléanaise.
Avec David Sevestre (saxophones), Stéphane Montigny (trombone), Thierry Jammes (trompette), Julien Petit (sousaphone), Sébastien Janjou (guitare) et Vincent Martin (batterie).
– 20 h 30 : Orphéon Célesta
“Cuisine au Jazz”. L’Orphéon Célesta est un ovni musical piloté par Emmanuel Hussenot, qui depuis près de trente ans, distille une approche artistique unique. Ces trublions déjantés du jazz, expriment ici la recette qui a fait leur succès à travers le monde : passer au chinois les grands standards et genres populaires du patrimoine, saupoudrer de poésie loufoque façon Henri Salvador ou Frères Jacques et pimenter le tout d’un jazz sauce brass-band New Orleans.
Une réalisation et des arrangements aux petits oignons dans lesquels prend une mayonnaise surréaliste et irrésistible.
Avec Emmanuel Hussenot (saxophone, flûte, trompinette, kazoo, vocal, scat), Christian Ponard (banjo, guitare, cornet, kazoo, vocal, scat), Patrick Perrin (soubassophone, jug, kazoo, vocal) et Romain Ponard (batterie, washboard, percussion, vocal).
– 22 heures : “Ca va jazzer”
C’est une rencontre au carrefour du swing, de la musette et du jazz. Les deux acolytes adorent accompagner et improviser sur des ballades, chansons, valses et autres standards.
Avec Jean-Claude Laudat et Fred Ferrand (accordéons)
…………………………………………………………….

Ca se passe demain, samedi 20 juin

12 h 30 : Clarinology jazz ensemble
Ensemble de clarinettes et classe de jazz du Conservatoire. Soliste invité : Éric Luxey, batterie.
– 19 heures : FD Parcours Libre
Quintet orléanais naviguant entre jazz-rock et jazz-funk et mettant en avant feeling et simplicité.
Avec Francis Dordonnat (claviers, compositon) Vincent Lemaire (batterie), Thomas Franklin (guitare), Étienne Poinsot (trompette) et David Hazak (basse, contrebasse).
– 20 h 30 : Tania Maria, “Viva Brazil Trio”
Pianiste vocaliste hors norme, auteur compositeur inspirée, Tania Maria invente un nouveau style mixant la musique brésilienne (de la bossa au choro) et le jazz, un style sophistiqué et très populaire au groove irrésistible.
Avec Tania Maria (piano et chant), Marc Bertaux (basse) et Hubert Colau (batterie)
– 22 heures : Eric Prost Boogaloo trio
Trois musiciens échappés de l’Amazing Keystone Big-Band.
Avec Eric Prost (saxo), Frédéric Nardin (orgue) et Stéphane Foucher (batterie).