Le duo Jéricho Saitham (piano-batterie) était l’invité des Samedis du jazz le 10 mars. Un moment surprenant, ovationné par le public.saithampd1saithampd2
Photos Patrice Delatouche (qu’on remercie, une fois encore, de sa fidélité)

Tout d’abord, rendons à César ce qui lui appartient, en l’occurrence à Jéricho les touches de son piano. Quand ça veut pas, ça veut pas : depuis trois semaines, à la faveur d’un changement de nom du duo, on s’est en effet joyeusement emmêlé les crayons.

Soyons clairs et définitifs : Jéricho, c’est bien le pianiste ; Saitham, c’est le batteur !

La chose étant entendue, revenons à nos moutons. Le duo, découvert à l’occasion du Tremplin Jazz or jazz 2016, présente une configuration peu banale, et sa musique elle-même échappe à la banalité.

Est-ce du jazz ? On s’en moque un peu, tant s’avère rapidement envoûtant le voyage dans lequel nous entraînent les compères, chaque instrument occupant tour à tour la position de soliste ou la rythmique.

Dans ce discours à deux où les voix s’interpellent, se répondent, se provoquent, s’entremêlent… sur cette partition mi-écrite mi-improvisée, le charme opère – presque – de bout en bout. “Presque”, parce que déconcerté au début, il faut un peu de temps pour entrer dans le “mood”. Mais ensuite, ce n’est… “que du bonheur” (pardon pour ce cliché niaiseux).

Et ainsi le public (près de 400 personnes), pris au dépourvu dans le premier quart d’heure, a-t-il finalement fait une véritable ovation au duo à l’issue du concert. Voilà encore un “Samedi” réussi ! JLD
saitham-pd3saitham-pd4

Prochain concert même lieu (Théâtre d’Orléans), même heure (15 heures), mêmes organisateurs (Scène nationale et ô jazz!), mêmes conditions (gratuit)… le samedi 21 avril avec le Delaunay Trio Pop