Jusqu’au 30 septembre, dans l’enceinte de l’ancien hospice “La Vieille Charité”, “Marseille Jazz des cinq continents” et les musées de la ville présentent l’exposition “Jazz and Love”, imaginée par Vincent Bessières.
jm-basquiat
Jean-Michel Basquiat, “Horn players” (1983)

Président du Paris Jazz Club, instigateur de Jazz & People, premier label de Jazz participatif, journaliste, programmateur, Vincent Bessières est aussi connu pour des expositions marquantes : en 2010 c’était Miles Davis, Django Reinhardt en 2013 et “Le Jazz fait son cinéma” en 2015.

LIRE LA SUITE EN CLIQUANT CI-CONTRE :

Que sont les standards, repris à foison par les jazzmen, si ce n’est des chansons d’amour ? Et le jazz, qui s’est développé en réponse à l’adversité, n’a-t-il pas été pour une communauté ostracisée, une manière de réinventer l’amour ? Au point de laisser croire aux musiciens qu’ils pouvaient changer le monde et porter l’amour par leurs instruments ? En croisant les regards et les œuvres (dont certaines présentées pour la première fois en France), l’exposition “Jazz & Love” illustre les différentes manières dont le jazz et l’amour résonnent ensemble.

Les visiteurs sont ainsi invités à découvrir plusieurs oeuvres de plasticiens du XXe siècle, du jazz paintings de George Condo aux collages de la série “Icons” de Rico Gaston en passant par des portraits réalisés par Jean-Michel Basquiat.

On trouve également un espace dédié aux photographies noir & blanc, un autre aux pochettes d’albums, un autre encore aux dessins et même des planches de skateboard illustrées par San Franciso ina Johnson, fan de jazz.

Centre de la Vieille Charité, 2, rue de la Charité à Marseille