En dépit d’une santé qui n’avait cessé de se dégrader au fil des mois, il se faisait un point d’honneur, chaque fois qu’il en avait la force, de s’installer au premier rang lors des “Samedis du Jazz” pour croquer d’un geste vif les musiciens invités.
yvesd-pd

Yves Dupont et son “mur” de 100 dessins de jazz à la librairie Passion Culture,
lors de “Place au Jazz” en juin 2014, (photo Patrice Delatouche)

“Ca me plaît, ça me plaît, vous ne pouvez pas savoir !” nous disait chaque fois, avec la même gourmandise, ce petit homme affable et malicieux, pilier des Artistes Orléanais venu sur le tard au jazz et à ô jazz !, bardé de ses feutres noirs aux épaisseurs et usures variées, “pour les nuances, les effets…”.

Après un énième séjour à l’hôpital, Yves Dupont vient de s’éteindre. Il ne sera pas des nôtres samedi et notre cahier de dessins, empli de ses milliers de croquis, restera le témoin d’un passé hélas révolu.

Adieu, Yves, ta gentillesse et ton talent nous manquent déjà. Et merci…