L’ancien élève de Jean-Jacques Ruhlmann à Chartres a fait son chemin, a créé un trio et ô’jazz ! l’a programmé. Samedi 12 janvier au Théâtre d’Orléans, le Jean-Charles Acquaviva Trio a comblé un hall bien rempli (encore 400 personnes). Dans lequel manquait cependant Yves Dupont, dessinateur qui croquait tous les musiciens avec une belle énergie, et qui nous a quittés. Ce concert lui était dédié.
jc0
Photos Patrice Delatouche

La saison 2019 commence avec du grand classique. Le Jean-Charles Acquaviva Trio nous a en effet proposé un jazz qui swingue sans être du swing, digne du bop sans y avoir recours, un jazz moderne dans une forme sans surprise mais tellement bien rodée !

LA SUITE EN CLIQUANT CI-CONTRE

jca2

Les compos du pianiste lui permettent de mettre en avant ses mélodies savantes et bien équilibrées par son jeu enrichi de phrases complexes et lyriques, sans doute improvisées, en tout cas libres et sures d’elles. Bertrand Beruard à la contrebasse, très présent, prend lui aussi de belles envolées et développe des soli intéressants, avec parfois des complicités impressionnantes avec le piano, notamment sur les fins de morceaux. Kevin Luchetti remplaçait le batteur habituel du trio Antonin Violot, qui ne pouvait pas venir. Il a tenu son rôle avec brio et efficacité.

Le trio a égrené les morceaux du cd qu’il vient de sortir, “Weather Groove”, et on n’est pas étonné de voir son palmarès de succès et ses récompenses, dont le prix du public du Golden Jazz Trophy de Lille en juin dernier. La justesse de ce jazz, sa finesse d’éxécution, la complicité permanente du trio et la précision de son jeu amènent un plaisir tranquille d’écoute. On peut se laisser emporter par le groove en confiance, le trio tient la barre suffisamment haut ! BC
jca3jca4

Prochain Samedi du Jazz le 9 février à 15 heures au Théâtre avec “Oggy and the Phonics” (lauréats du tremplin du Sunset-Sunside à Paris)