Erwan Keravec, connu du public orléanais puisqu’il a été en résidence à la Scène Nationale, proposait jeudi soir au Théâtre deux créations dans un concert appelé “Extended Vox”. Une heure de musique totalement déroutante, forte et prenante dans une salle Barrault malheureusement peu remplie !
erwan

Vingt quatre chanteurs de la compagnie Les Cris de Paris ont tenté de se confronter à une seule cornemuse, celle d’Erwan. Il fallait bien ce nombre, tant l’instrument est puissant ! Six pour chacun des quatre niveaux de voix présents dans un ensemble complet.

LA SUITE EN CLIQUANT CI-CONTRE :

Un premier morceau en solitaire de Heiner Goebbels a fait rentrer le sonneur dans la salle. La cornemuse doublée par une bande donnait corps à une tempête que la composition dominait petit à petit.

Et puis les vingt quatre choristes sont arivés pour un morceau écrit par Bernhard Lang, “Hermetika VIII”. Pièce de commande du festival Schlossmediale Werdenberg, en Suisse, cette pièce a en mémoire la “Passion selon saint Jean”, de Bach. Il y a du proche et du lointain, on monte un chemin de croix et le bourdon de la cornemuse installe une ambiance religieuse manifeste, avec un côté très oriental dans le son continu et les variations lentes et progressives. Aucune liturgie cependant, la seule religion est celle de la musique, mais il est difficile de résister à la puissance réflexive qui se dégage de cette pièce.

Le second morceau, signé Wolfgang Mitterer, “Slow motion_x”, installe lui aussi une ambiance très introspective. Des voix plus que du texte, la cornemuse qui varie plus que dans le premier morceau. Des sons électroniques pré-enregistrés accompagnent l’ensemble.

On est loin du jazz, et pourtant ! Yom avec sa clarinette arrive à des ambiances proches, Garbarek et le Hilliard Ensemble aussi. Et ce ne sont que deux exemples pris au hasard… Il y a une approche de la musique très proche de celle du jazz : liberté, variation qui peut presque être sans fin, et puis surtout rejet complet des genres, mélange du savant et du populaire… Alors restons donc dans l’abstrait, domaine qui n’est pas étranger à ce qu’a proposé ce concert, qui a su charmer un public très laudatif et satisfait. BC