Une fois n ’est pas coutume, les cinq musiciens de ce “Samedi du Jazz” ne sont pas de la région… Un accord d’échange entre tremplins (Jazz or Jazz et Sunset/Sunside) nous proposait ce mois-ci Oggy and the Phonics, vainqueurs 2017 du Sunside. Très belle découverte, appréciée cmme il se doit par les 350 spectateurs venus au Théâtre d’Orléans en ce 9 février.
oggy-1

Ils se sont tous rencontrés à la Haute Ecole de jazz de Lausanne, dans la même promo qu’un pianiste bien connu d’ô jazz !, Gauthier Toux. Cette école semble un creuset très riche de musiciens de haut niveau, qui ne cessent de jouer dans des formations diverses. Oggy & the Phonics n’en est qu’une parmi une kyrielle qui voit le jour au sein de l’école.

LIRE LA SUITE EN CLIQUANT CI-CONTRE :

Une formation très au point ! Ils abordent tous les cinq la musique avec un ensemble d’influences diverses, une culture rock très présente et pourtant totalement dominée, une culture jazz étendue et riche. Ils ont tous cherché le plus de sonorités expressives qu’ils pouvaient tirer de leur instrument ! Théo Duboule, par exemple, approche des sons électroniques mais reste sur le manche de sa guitare. Gaspard Colin à la basse électrique, apporte un soutien rythmique fort et ses compos témoignent de ses recherches.
oggy2

Le duo de soufflants clarinette (Clément Meunier) et saxo (Louis Billette) se répond à merveille, et tous deux savent faire monter la tension pour emmener l’auditeur juste au cœur de la mélodie, lui faire partager la puissance, l’équilibre et l’inventivité des thèmes, lui faire partager la plénitude d’une musique joliment développée. Un travail de vieux routiers, presque !
Un très beau samedi, qui s’est conclu sur une reprise de Charlie Mingus. Il y avait nettement pire comme inspiration ! BC