Samedi 2 mars au Théâtre d’Orléans, devant 350 spectateurs ravis, le duo Nadav Lev à la guitare et Rémy Yulzari à la contrebasse a joué son programme « Terres natales » pour les Samedis du jazz. Un répertoire entièrement constitué de traditionnels populaires, tout de même extrêmement retravaillés !
ly1

Rémy a écumé les bals folks avec son accordéon, puis a suivi brillamment de sérieuses études de musique (voir son portrait plus bas). Nadav a joué toutes sortes de musiques sur sa guitare, de Bach à des compositeurs contemporains, et des airs traditionnels juifs, puisqu’il est israélien, même s’il vit à New York depuis quinze ans.

LA SUITE EN CLIQUANT CI-CONTRE
ly2
C’est là d’ailleurs qu’ils se sont rencontrés, qu’ils se sont plus et qu’ils ont commencé à jouer ensemble. Rémy aime beaucoup aller chercher dans le passé des airs qui le retiennent, les ressortir, les arranger, les mélanger. Des chansons françaises, israéliennes, des pièces archi-connues de tout le monde (« L’apprenti sorcier » de Paul Dukas immortalisé par Mickey), ou plus situées, comme cet air de Tel Aviv, l’attirance entre un chauffe-eau et une antenne. Pendant une heure, ils nous ont fait voyager dans ces références presque mondiales. Le cadre est très écrit, mais ils improvisent énormément, et finalement assez discrètement. Avec leur jeu irréprochable, d’une précision impressionnante, ils installent un dialogue d’une très grande technicité mais dont on ne retient que l’échange. C’est là leur force ! Leur virtuosité éclate de temps à autres, Nadav glissant sur le manche dans un jaillissement de notes, Rémy jouant sa contrebasse comme un violoncelle, avec un son prenant aux tripes.
ly3

Ils ont enchanté le public venu timidement au début, puis retrouvant son étiage de croisière. Un samedi totalement original donné par deux grands dans leur domaine. Thanks ! BC / Photos Patrice Delatouche
ly4