cam1ce
Photos Céline Bachelet. L’album complet en suivant ce lien.

On dit 550, 600 personnes ? On a eu un peu de mal à compter. En fait, on n’a pas compté du tout tant l’exercice s’avérait impossible dans un hall du Théâtre plein comme un oeuf.

C’est peu de dire qu’en ce mois de carnaval (de Jargeau à Rio !), Caminho a rameuté les foules, battant sans conteste le record de fréquentation des Samedis du Jazz, aimable manifestation régionalo-jazzistique proposée, faut-il le rappeler, par la Scène nationale d’Orléans et ô jazz ! une fois par mois depuis septembre 2009.

On avait déjà pu entendre Caminho (le chemin, en portugais), sur la scène de Place au Jazz Bourgogne en 2010, et leur parfaite maîtrise de l’esprit de la musique brésilienne, leur volonté d’y intégrer la “marque du jazz”, l’improvisation, et leur belle énergie nous avaient donné envie de les revoir.

Choix gagnant : la samba, la bossa et tous ces rythmes qui empruntent au métissage si particulier du Brésil, entre Afrique, Europe et Amérique du Sud, ont fait danser les coeurs (à défaut des corps, pas la place !) une belle heure durant (en dépit des divagations braillardes et persistantes de quelques bambins suragités, courant et hurlant sous l’oeil embué d’admiration de leurs parents, encore plus mal élevés qu’eux. Faudra-t-il ouvrir une crêche ?).
cam2ce

Merci à l’impeccable chanteuse Chloé Deyme, ancienne élève des fameuses “Etoiles”, et qui a tout compris, et à la bande parfaitement soudée autour d’elle, Nicolas David à la guitare, Nicolas Le Moullec à la basse, Mathieu Gramoli à la batterie, Guy-Claude Charcellay à la trompette et… David Sevestre au saxophone, tout juste descendu d’un avion en provenance du Québec (où il tournait avec les “Vendeurs d’enclumes”) et qui, passant outre les effet délétères du décalage horaire, nous a encore gratifiés de belles envolées improvisées.

A bientôt !

Prochain Samedi du Jazz avec Les Valseuzes (swing musette) le 19 mars, même heure, même endroit (précédé d’un Forum Fnac, à la Fnac, le vendredi 18 à 17 h 30). Qu’on se le dise !