Ô JAZZ ! Infos

Pour que vivent le jazz et ses musiques sœurs, en Centre-Val de Loire et ailleurs !

Payday Loans

Entries Tagged ‘Omer Pulse’

Omer Pulse aux “Samedis”, retour en images

Photos ci-dessus, Patrice Delatouche. Photos ci-dessous, Christophe Esnault.
D’autres photos sur son “Jazzbook”

Encore un “Samedi”, encore un beau samedi !

Samedi au Théâtre d’Orléans, le quintet Omer Pulse a enchanté le public habitué des Samedis du Jazz, mais pas seulement. Car ils étaient nombreux (450 !) à être venus écouter cette musique chaude et entraînante qui arrivait tout droit de l’Afrique en passant par le groove et le jazz.
Photos Patrice Delatouche (en couleurs)
et Christophe Esnault [...]

Aux “Samedis” le 10 février, place au Omer Pulse !

Fils spirituel d’Alain Vallarsa – grand jazzman devant l’éternel et chaleureux ami auquel nous dédions un pensée affecteuse à l’heure où il se bat contre une “maladie pas sympa” (sic) –, Omer Yehouessi est un bassiste funk, afro-beat, rock…
Et son quintet “Omer Pulse”, recruté sur les terres régionales, est à son image, fruit de [...]

Jazz de chambre aux “Samedis”, avec le “Jazz Meeting Trio”

Le Jazz Meeting Trio était au Théâtre d’Orléans samedi après-midi 13 janvier. 400 spectateurs sous le charme ont gouté la subtilité de ce jazz “savant”, riche de multiples références tout en restant parfaitement accessible au public le plus large.

Photos Patrice Delatouche / Voir également les vidéos d’Antoine Maestracci
sur le Facebook d’ôjazz !, accessibles en cliquant [...]

“Samedis du Jazz” 2018, le programme des festivités

De janvier à juin 2018, seconde partie de la 9e saison des “Samedis du Jazz”. Un panorama de la scène jazz du Centre-Val de Loire proposé par la Scène nationale d’Orléans et ô jazz !

Photos Christophe Esnault
Samedi 13 Janvier 2018
Jazz Meeting Trio (en lieu et place de Kimono, annulé)
Ce trio, constitué autour du Chartrain Jean-Jacques Ruhlmann, [...]

  
  • ô jazz ! est sur Facebook

    Ojazz logo Retrouvez-nous d'un simple clic sur le “bouton” ci-dessus.
  • Dans les bacs

    wonder-trail Ils sont Anglais, ils sont jeunes et viennent de sortir déjà leur deuxième cd, remarqué par toute la presse spécialisée européenne. Et ils sont dirigés par une femme, trompettiste de surcroît, Laura Jurd. Elliot Galvin aux claviers, Conor Chaplain à la basse et Corrie Dick à la batterie forment avec leur leader un quartet tout à fait à part, mélangeant les influences. Beaucoup d'électronique chez Dinosaur, mais aussi un son redevable au pop/rock (basse, batterie), des petites mélodies au clavier comme savaient faire les groupes des seventies, et dans ce cd, la voix qui vient parfois flotter sur l'ensemble, évaporée ou très folkeuse (Set Free). Et ce son de trompette de Laura, rappelant la luminosité de Miles, mais sachant aussi prendre une ampleur bien à lui. Les neuf plages de Wonder Trail ont été écrites par Laura, qui, comme beaucoup de cette jeune génération touche-à-tout, compose aussi de la musique contemporaine pour le BBC Orchestra et le Ligeti Quartet. Tous les morceaux ont leur originalité, mais l'ensemble a vraiment un son de groupe intéressant. Peu importe de faire la part des choses, des influences et des apports. Leur savant mélange retient autant l'intérêt parce qu'il est d'une qualité indéniable. Ces quatre musiciens naviguent dans cette musique, héritière des cinquante dernières années, avec une aisance remarquable, signe de leur grande culture. Et vive la trompette féminine ! BC (Edition Records - Disponible notamment sur dinosaurband.bandcamp.com)

    mkanche-juillet-94 Ca commence par un blues vrai de vrai, guitare garage et batterie lente et lourde. La voix correspond, mais les paroles pointues et narratives, poétiques, amènent une autre dimension. D'ailleurs, ce sont des poèmes qui ont suscité le cd que Marcel Kanche vient de sortir. Il les avait écrits en Juillet 94, d'où le titre du cd, et publiés en 2005. Les exemplaires, édités à compte d'auteur, sont partis à peine imprimés à vau l'eau d'une inondation. Oubliés, Marcel les a retrouvés récemment et mis en musique. Heureusement. Pour habiller sa guitare et sa voix, il a appelé Bruno Tocanne à la batterie et Fred Roudet à la trompette, au bugle et aux effets. Dix morceaux inspirés, avec des paroles magnifiques qui nous promènent dans divers paysages, avec des rapprochements de mots étranges et riches, des histoires de poireaux et d'insectes (Ainsi couronne), de falaises (Dieppe), des histoires de température (Cornette de bise). Toujours pleines d'une vraie poésie où les mots sonnent mais aussi évoquent. Beauté des sons et beauté des sens. Même s'ils perdent le nord, parfois. Les deux musiciens complices font un superbe travail, envolées de trompette (Le Mont de Grange) et rythmique puissante (Abondance). Un travail qui ne vous lâche pas lorsqu'il vous a pris, par la voix qui psalmodie, par la qualité. Marcel Kanche va chercher loin en lui un son qui viendrait des profondeurs de l'homme pour établir une correspondance avec notre propre intériorité. Emotion poétique ! BC (10 h 10 – L'Autre Distribution)

    laid-black Les fans attendent toujours un nouvel album. Marcus Miller, prolifique et époustouflant musicien, star du jazz contemporain depuis presque quarante ans, sort Laid Black, trois ans après le sublime “Afrodeezia”. Si celui-ci puisait son inspiration dans les rythmes africains, Marcus poursuit son voyage musical vers un univers empreint de poésie et de rythmes contemporains que sa basse sublime à la perfection. Révélé en 1979 par David Sanborn, puis par Miles Davis (son mentor absolu) avec “Tutu”, le génial bassiste a écumé le monde entier, séduit, fasciné toute une génération de musiciens, tout en préservant sa volonté d’expérimenter sans cesse et de collaborer avec les musiciens qu’il aime. Laid Black est un superbe album avec neuf morceaux bien distincts, où la basse de Marcus Miller est omniprésente mais où le déroulé est fluide, entre hip-hop, blues, balades, une pincée de jazz, un soupçon de funk et l’alchimie opère superbement. Il faut démarrer l’écoute avec la reprise de “Preacher’s Kid” (Afrodeezia), transcendé par les voix du fameux sextet Take 6 et les saxophones, notamment le fidèle et talentueux compagnon Alex Han. C’est juste (et) grandiose. On retrouve le Marcus virtuose et percutant dans “Keep’em Running” et “7-T’s” (avec Trombone Shorty), créatif et généreux dans “Trip Trap et No Limit”, émouvant dans “Someone To Love” et “Sublimity”, bluesy dans “Que Sera Sera” (avec Selah Sue) et carrément génial dans “Untamed”, d’une éclatante musicalité. Marcus Miller est vraiment un grand Monsieur et sa nouvelle leçon de musique un pur moment de bonheur. L’album peut paraître (trop ?) sage pour les amateurs de (grosse) basse que des morceaux comme “Run for Cover” ou “Tutu” laissent nostalgiques. Néanmoins, avec un mixage, comme d’habitude, d’une exceptionnelle précision et des compositions harmoniquement parfaites, Laid Black conforte le statut du bassiste américain comme une des grandes références contemporaines. CE (Blue Note)

    animal Fidel Fourneyron, le tromboniste de l'Orchestre National de Jazz (ONJ) et grand ami du Tricollectif, sort un cd en trio, un étrange bestiaire d'animaux exotiques ou familiers, gros ou petits, à poils, à plumes ou à écailles. Le souffle halète ou se languit, le son est rude ou doucereux, lointain ou violent. Peut-on parler d'onomatopées ou d'anthropomorphisme sonore ? Le blues de la baleine, par exemple, ou le ricanement du singe qui grignote les enceintes. Les deux complices de Fidel pour cette aventure, Sylvain Darrifourcq à la batterie et Joachim Florent à la contrebasse, augmentent l'impression par la justesse de leur prestation. Le bison aurait pu s'énerver sans la domination de la basse et le cadrage des toms, qui permettent au trombone de développer une majestueuse marche dans la prairie. Mais ne nous y trompons pas, il s'agit d'une musique de musiciens ! Facétieux, rigolards même, intelligents, observateurs. Mais musiciens avant tout, qui possèdent à fond toutes les ressources de leurs instruments, qui se jouent du solfège, des syncopes, des points d'orgue, et qui tiennent en haleine pendant tout le cd l'auditeur surpris de plusieurs détours, tel celui qui soudain fait entendre la souris comme une mécanique plus implacable qu'un réveil. Animal est fort, totalement original, intense comme un loup qui groove dans la neige, comme une fourmi qui swingue ou un coq très free qui s'ébat. BC (ONJ Records – L'Autre Distribution)

    BC : Bernard Cassat
    CE : Christophe Esnault
    DB : Daniel Buon
    DD : Dominique Derenne
    JLD : Jean-Louis Derenne

    >>>Et plus de CD dans les bacs d'ô jazz ! en cliquant ici
  • Nos articles récents

  • Nouveauté cd

    pub-sirocco

    A ÉCOUTER
    “Silence after blow up”
    Cliquez ici

  • Agenda Jazz


    SAMEDIS DU JAZZ 2018-2019 samedis LA 10e SAISON !
    6 oct : Charcellay-Masson 4tet
    10 nov : Open Trio
    8 déc : Noemy Lhomme 5tet
    12 jan : JC Acquaviva Trio
    9 fév : Oggy & The Phonics
    2 mars : Duo Lev-Yulzari
    6 avril : Philippe Macé 4tet
    11 mai : Dub-Dub
    8 juin : Projekt Big-Band
    Concert à 15 h au Théâtre d'Orléans. Entrée libre.


    Jusqu'au 25 août
    ab UN ÉTÉ A BOURGES. Ensemble de concerts gratuits chaque semaine du mercredi au samedi, avec quelques pépites jazz, à 21 heures en août : Renaud Garcia-Fons (le 2), Airelle Besson (le 9), LL Swing (le 16)… Au Théâtre de verdure des Prés-Fichaux, au Square du Cardinal Lefebvre et au Palais Jacques-Cœur, à Bourges (Cher).
    www.ville-bourges.fr

    Jusqu'au 16 septembre
    EXPO PHOTO NOUVELLE-ORLÉANS. Une quarantaine de clichés illustrant la vie à La Nouvelle-Orléans, proposés par les photographes de l'Agence Magnum. A voir sur les grilles du Parc Pasteur à Orléans.

    Samedi 21 juillet
    lakkoLAKKO. Duo de percussions, avec Benoit Lavollée et Rémi Bernard. A 15 heures, place du Petit Puits à Orléans.

    Samedi 21 juillet
    BLUES BERRY. Quatre formations blues à partir de 17 heures au stade municipal d'Ambrault (Indre).
    Rens 02 54 49 01 64. Prix libre.

    Dimanche 22 juillet
    STÉPHANIE HUMEAU TRIO. Promenade à travers les différentes époques et styles de la comédie américaine. Dans le cadre des “Concerts de l'Oratoire”, à 18 heures à l'Oratoire carolingien de Germigny-des-Prés.
    Prix : 12 €. 02 38 58 27 97

    Samedi 28 juillet
    LES BEAUX JOURS MANOUCHES. Avec David Caborderie, Patrick Costard et Sébastien Riby. A 11 heures, quai du Roi à Orléans.

    Mardi 31 juillet
    BAPTISTE TROTIGNON. Au cours d'un apéro-jazz, le pianiste revisite façon jazz les grands thèmes de la musique classique. Dans le cadre du festival de musique de Pontlevoy, à l'Eglise paroissiale de Pontlevoy (Loir-er-Cher). 02 54 71 60 77

    Dimanche 5 août
    PERRUDIN-FLORENT. Jazz acoustique. Dans le cadre des “Concerts de l'Oratoire”, à 18 heures à l'Oratoire carolingien de Germigny-des-Prés.
    Prix : 12 €. 02 38 58 27 97

    Mercredi 8 août
    ac AURÉLIEN CLARANBAUX. Accordéon jazz, rock, trad' et “musiques à danser”. A 16 heures, sur le quai du Châtelet (face au 14, restaurant “Au bord de la Loire”).

    Samedi 18 août
    FESTIV'ARTS. Le festival itinérant fait escale à Reuilly (Indre) avec deux formations : OUT OF NOLA (funk et hip hop combinés à des harmonies jazz tout droit issues de la Nouvelle-Orléans) et AM KETENES (un parcours au fil de la musique tzigane, de l'Inde à l'Europe en passant par les Balkans). A 20 heures au Parc de la Guinguette de Reuilly. 8 €

    Dimanche 19 août
    BAL SWING. Les danseurs de l’école de danse SwingChap' proposent un bal swing dans la pure tradition des années 30, avec orchestre. Venez découvrir le lindy hop et la danse swing (et une initiation au charleston) sur des grands standards, de Count Basie à Duke Ellington. A 18 heures, Parc des Longues allées à Saint-Jean-de-Braye.

    Dimanche 19 août
    DUO LES CONTRES. Entre cadences baroques et envolées de jazz. Dans le cadre des “Concerts de l'Oratoire”, à 18 heures à l'Oratoire carolingien de Germigny-des-Prés. Prix : 12 €. 02 38 58 27 97. Répétition ouverte samedi 18 août.

    Dimanche 26 août
    danse-swing BAL SWING. Les danseurs de l’école de danse SwingChap' proposent un bal swing dans la pure tradition des années 30, avec orchestre. Venez découvrir le lindy hop et la danse swing (et une initiation au charleston) sur des grands standards, de Count Basie à Duke Ellington. A 17 heures, guinguette La Sardine, quai du Chatelet à Orléans.

    Dimanche 2 septembre
    BAL SWING. Les danseurs de l’école de danse SwingChap' proposent un bal swing dans la pure tradition des années 30, avec orchestre. Venez découvrir le lindy hop et la danse swing (et une initiation au charleston) sur des grands standards, de Count Basie à Duke Ellington. A 17 heures, guinguette La Sardine, quai du Chatelet à Orléans.


    Et plus de sorties jazz en cliquant ici

    Et au-delà du jazz, d'autres sorties à Orléans et autour grâce au blog de Clodelle
  • Soutenez ô jazz !

    appel-dons-web1 xx
  • Nous contacter

    Vous êtes un groupe, un organisateur de concert, un amateur éclairé… vos infos nous intéressent ! contact.ojazz@gmail.com